La note sensible - Valentine Goby

Publié le par Finchleyroad


Au fil des mes visites de blog en blog, ici et , sur tout ce qui concernait le domaine de la littérature, je posai mon attention sur un avatar d'une blogueuse ayant pour couverture la photo d'un livre  La note sensible, de Valentine Goby, roman qui figurait sur mes étagères depuis plusieurs années et que j'avais bien apprécié à l'époque.

Devant les souvenirs troublés et altérés par le temps, je me pris soudainement d'une envie de le relire.
Une envie de le relire par honte de ne plus pouvoir le décrire de manière aussi claire que je l'aurai souhaité, une envie de lire tout simplement...

Voici l'extrait au dos du livre.
" Je n'ai jamais connu de vous qu'un univers sonore, où dominaient Mozart et votre violoncelle. Vous jouiez. Les voix chantaient. J'écrivais. Votre musique est dans ce manuscrit. A vous entendre, j'ai eu peur de vous aimer. Je vous ai fui. J'ai écrit ce qui aurait pu être notre histoire. Ne me demandez pas pourquoi. Je ne vous demande pas pourquoi vous avez joué pour moi du violoncelle, chaque soir, pendant des mois.
Quand vous aurez terminé votre lecture, je serai nue devant vous, et pourtant moins vulnérable qu'au soir du 15 octobre. Je n'aurai plus rien à dissimuler, pas même de l'amour. "

Quelques heures s'écoulèrent. Et en refermant la dernière page de cette oeuvre, je ressentis une émotion assez singulière, celle qui vous dicte naturellement le silence, et suscite en vous l'imagination de ce qui aurait pu être la suite de cette histoire. Celle d'une demoiselle Inès professeur d'anglais, ayant pour voisin de chambre Vendello, italien jouant du violoncelle, et qui au fil de leurs rencontres, n'aura de cesse que d'éprouver un sentiment de plus en plus intense à l'égard de ce musicien. Un sentiment procurant autant d'égoisme que de tourmentes...

Un livre qui se lit avec plaisir. Des phrases simples et courtes comme des notes de musique, mais dont les textes décrivent avec justesse et sensibilité des émotions aussi touchantes et enivrantes qu'une douce mélodie.

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

The Grey Wolf 21/12/2009 00:29


Peut-être connaissez-vous cette phrase :
"Après le silence, seule la musique exprime le mieux l'inexprimable."
Aldous Huxley


Renard 20/09/2009 14:03

Cet article, l'histoire qu'il relate.... je le mets en parallèle avec ce qui se passe parfois (rarement reconnaissons le) entre blogueurs, où les écrits de l'un retiennent l'attention d'un(e)autre, et de mois en mois, créent une sorte d'addiction, chez celui ou celle qui guette la parution des textes ou poèmes...Et tout ça, sans jamais que la rencontre réelle ait lieu... Merci de ta visiste, je ne réponds pas aux com' reçus car j'y passerais trop de temps, je préfère consacrer ce temps à aller voir les sites de ceux qui m'ont rendu visite, et découvrir leur univers, et comme je ne sais prendre sans remercier, je laisse toujours un commentaire.Je m'inscris donc à ta news.Que ton dimanche ressemble à ce que tu voudrais.. 

Finchleyroad 21/09/2009 20:55


Bonsoir,
Je te rejoins tout à fait sur le parallèle entre l'histoire et les blogueurs, surtout que si jamais il y'a rencontre comme dans le livre, cette dernière peut provenir de quelques
détails, une petite initiative, trois fois rien...


Brigitte Lascombe 20/09/2009 08:58

Merci pour ta participation.J'écris mon commentaire ici car il n'y a pas de rubrique commentaires sous l'article.C'est très sympa ce partage "EMOTIONS"Je suis une inconditionnelle d'Harakumi.J'ai lu TOUS ses livres.Bondimanche,je vais te mettre en liens.

Finchleyroad 20/09/2009 09:17


Bonjour

Merci pour ton encouragement. Je suis ravi que l'un des exemples ait attiré ton attention, et que tu en es une inconditionnelle.
J'ai d'autres livres du même auteur, et je compte bien les lire prochainement.

Heureusement que tu me préviens de l'impossibilité de mettre un commentaire sur l'article en question relatif à l'art, je viens à l'instant de rectifier. C'est ça quand on fait un article le soir,
trop fatigué, on décoche n'importe quoi... ^^

J'ai copié ton commentaire sur l'article concerné.  ; )