La véritable origine de la grippe H1N1 : les erreurs du passé ?

Publié le par Finchleyroad


A la date du 21 août 2009, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) dénombre plus de 180 000 cas de contamination de la grippe A et près de 1 800 décès à travers le monde. Cette institution internationale, les Etats et les médias sont, nous pouvons le comprendre, tous en alerte afin de limiter par des recommandations sanitaires et des mesures de quarantaine l'expansion du virus, et de l'éradiquer par des vaccins en cours de préparation.
Nous le voyons quotidiennement dans nos téléviseurs, nous l'entondons tous les jours à la radio et nous le lisons constamment dans les journaux, l'heure est donc à la "gestion de la crise".

Néanmoins, il serait également intéressant de parler de la grippe A sous un angle qui n'a pas été souvent évoqué, ou trop peu, ou trop vite oublié, celui des origines de ce virus.
Car une fois la pandémie stoppée voire eradiquée, sommes nous contraints fatalement à attendre le prochain virus encore plus contagieux, plus virulent et plus mortel ?
Beaucoup prédisent 2 ou 3 grandes pandémies tous les 100 ans, et celui que nous vivons actuellement serait le premier du 21è siècle. Devons-nous pour autant rester les bras croisés à les attendre car inexorables ?
Ne pouvons-nous pas mieux comprendre et  mieux analyser l'apparition de ce virus pour éviter le prochain ? 

Il faut savoir que les premiers cas d'apparition de ce que l'on nomme désormais le virus A de type H1N1 ont eu lieu au Mexique, à La Gloria, petit village de moins de 3000 habitants de la vallée de Perote au sud-est du pays, vers avril 2009. Cette commune réunissait déjà les conditions de création de cette grippe :
- zone géographique aride, froid le matin et la nuit
- Village pauvre avec des conditions d'hygiène insatisfaisantes, non loin de Mexico
- Dirigeants politiques locaux laxistes
- Influence d'une grande entreprise Granjas Carroll (GC), filiale mexicaine de la société américaine Smithfield, grand producteur de viande de porc, et qui compte près d'une dizaine d'élevages dans les environs de La Gloria, avec des conditions sanitaires très suspectes.

Aux dires même des habitants du village, des nuages de fumées, des odeurs nauséabondes d'incinération de carcasses se dégageaient de ces usines amenant une quantité innombrable de mouches, et poullaient les nappes phréatiques.
Après enquêtes par les autorités concernées, s'il s'avérait que la société GC détenait une reponsabilité dans l'origine de la pandémie actuelle, il n'en restera que beaucoup de regrets, d'amertumes, et de gâchis.

La société GC avait en effet dèjà fait l'objet d'une inspection lui recommandant de modifier ses méthodes de traitement et d'incinération des porcs sous peine de fermeture du site.
Même un rapport du ministère de la santé en mars 2009, révélant des cas d'infections respiratoires aiguës causant la mort de 3 enfants dans le village, n'a pas été une alerte suffisante. 
Ajoutez à cela les tentatives d'intimidation de la firme par des poursuites en justice pour diffamation à l'encontre d'habitants trop revendicatifs, et au final, vous avez un foyer où cohabitent des bactéries et des virus, et dont les porcs sont le carrefour idéal pour la création d'un nouveau virus transmissible à l'espèce humaine.

Les intérêts économiques ne doivent jamais éluder le fait que la logique d'élevage industriel du porc et de la volaille peuvent être de véritables bombes sanitaires à retardement. Les conditions d'hygiène et les mesures élémentaires de sécurité doivent être la règle avant même la recherche du profit. Enfin nous devrions également remettre en cause nos habitudes de consommations excessives de viande, conséquences indirectes de l'apparition de nombreuses maladies...

Il sera toujours possible d'expliquer scientifiquement que l'origine de la pandémie actuelle est une combinaison de virus (un virus humain, un virus aviaire nord-américain, un virus porcin nord-américain, un virus porcin eurasiatique), de même que fut établit l'origine de la grippe de Hong-Kong en 1968 causant près d'1 million de morts, ainsi que la grippe asiatique de 1958 avec autant de décès. Or dans ces trois situations, des conditions d'hygiène déplorables et une cohabitation homme/animal extrèmement proche en sont le facteur commun. 
Ne serait-ce pas cela la véritable origine de cet agent infectieux dont les institutions nationales et internationales n'ont su ou pu prévenir ?

Est-il à ce point impossible de tirer les leçons des erreurs du passé afin d'endiguer au mieux ces maladies? J'ai fatalement l'étrange certitude que ces mêmes reflexions ont déjà été faites lors de précédentes pandémies...

A dire vrai, j'ai tendance à penser que d'une manière générale, les institutions internationales, les organisations non gouvernementales, les Etas, les politiques, les sociétés, même dotés d'une réelle conscience collective, sont incapables de tirer vraiment les leçons des erreurs du passé quelque soient les grands défis qui se présentent devant eux (lutte contre les épidémies, préservation des ressources naturelles, sauvegarde de la biodiversité, réductions des inégalités telle que la pauvreté, prévention des conflits inter-étatiques...).
Pourquoi ? en raison de l'immense, voire de l'insurmontable difficulté des acteurs internationaux à se mettre d'accord, ou à dépasser leurs propres intérêts pour sauvegarder au mieux notre planète et ceux qui y vivent...

Pour en savoir plus :
Le site de l'OMS

Le site de Cité-sciences

Institut de veille sanitaire

Publié dans Santé - Environnement

Commenter cet article

Mitsuru 26/08/2009 22:28

Merci beaucoup pour ton passage sur mon site.
La réflexion que tu fais là est très intéressante. Je suis d'accord avec toi quand tu parles de la remise en cause éventuelle de nos habitudes de consommation. Peut-être, est ce finalement l'accumulation des petites mauvaises habitudes, encouragées par les rouages du capitalisme, qui vont être fatales à la longue, plutôt qu'une seule grosse erreur ... Plus que la grippe, c'est ce mécanisme qui me paraît effrayant.
Heureuse de découvrir ce blog. Bonne semaine !

Finchleyroad 26/08/2009 23:45


Effectivement, et ce "problème" de la surconsommation est d'autant plus difficile à freiner qu'elle est très bien ancrée dans nos habitudes...
...peut-être l'obet d'un point de vue lors d'un prochain article...


moms-diary 26/08/2009 08:20

C'est tellement spécial. Je n'aimerais pas être à la place de ceux qui prennent les grandes décisions.

Finchleyroad 26/08/2009 09:09


Les conséquences des actes ou non agissmement de ceux qui doivent prendre les grandes décisions peuvent donner le vertige... et peuvent être dramatiques...


evasion735 26/08/2009 07:53

merci pour cet article
je serais tres heureux si tu acceptais de tps en tps de publier des articles sur la communauté que je gere : Humeurs
le lien se trouve sur le coté de mon blog
amitiés

Finchleyroad 26/08/2009 09:05



J'y passerai certainement, et qui sait, si mes articles s'y pretent, je les posterai dans ta communauté de temps à autres...



LADY MARIANNE 24/08/2009 13:04

bonjour !!
hier impossible de trouver ton blog dans ma liste !
bienvenue dans ma communauté " forum libre expression "
merci de ton choix - de ta confiance et de tes publications dans la communauté -
bien amicalement Lady marianne

Brigitte Lascombe 24/08/2009 08:03

En tous cas les institutions administratives se bougent:les cabinets médicaux,dentaires,les hopitaux ,écoles sont en alerte rouge.Des affiches préventives ont été distribuées concernant la conduite à tenir et les mesures d'hygiène.Une distribution de masques gratuits est prévue.De quoi affoler sinon soigner la population.A bientot!Bon lundi!

Finchleyroad 24/08/2009 18:40


Effectivement, un angle d'approche d'un sujet a toujours pour conséquence d'en éluder une autre partie. Tu as parfaitement raison de souligner le professionalisme et le dévouement de nombreux
acteurs de la société civile qui permettent de prévenir, contenir et endiguer l'expansion du virus... Peut-être d'ailleurs l'objet d'un futur article...